samedi 30 mai 2009

Mille après mille par Fred Pellerin

Dédié à mon copaing Oscar qui aime le banjo… une chanson presque folklorique de che nous avec un conteur de che nous itou. Il raconte des histoires et pour permettre aux gens de roter de l’oreille comme il dit, il chante entre ses numéros.




Ma vie est un long chemin sans fin
Et je ne sais pas très bien où je m’en vais
Je cherche dans les faubourgs et les villes
C’est dans l’espoir d’accomplir mon destin

Milles après milles je suis triste
Milles après milles je m’ennuie
Jours après jours sur la route
Tu ne peux pas savoir comme je peux t’aimer

Chaques milles que je parcours semble inutile
Je cherche toujours sans rien trouver
Je vois ton visage qui me hante
Je me demande pourquoi je t’ai quitté

Milles après milles je suis triste
Milles après milles je m’ennuie
Jours après jours sur la route
Tu ne peux pas savoir comme je peux t’aimer

Un jour quand mes voyages auront pris fin
Et qu’au fond de moi j’aurais trouver
Cette paix donc je sentais le besoin
A ce moment je pourrais m’arrêter

Milles après milles je suis triste
Milles après milles je m’ennuie
Jours après jours sur la route
Tu ne peux pas savoir comme je peux t’aimer

Milles après milles je suis triste
Milles après milles je m’ennuie
Jours après jours sur la route
Tu ne peux pas savoir comme je peux t’aimer

Aucun commentaire:

Publier un commentaire