vendredi 13 janvier 2012

Un troussage de domestique

Un troussage de domestique

Je termine la lecture d’Un troussage de domestique, un recueil de textes coordonné par Christine Delphy au sujet du viol (on a des preuves même si le juge a décidé de libérer DSK) de Nafissatou Diallo par DSK.

Pour Delphy, cette «affaire» aurait pu n’être qu’une rumeur que ça aurait eu le même effet. La justice américaine n’ayant encore rien décidé au moment d’aller sous presse, les auteures explorent le plan symbolique : questions de genre, de classe sociale, d’origine culturelle et j’ajouterais de génération (Diallo a 30 ans de moins que DSK).

Les acteurs de cette histoire sont stéréotypés: un homme influent, une épouse « parfaite » au service du grand homme, sacrifiant pour lui carrière et fortune personnelle et à qui elle pardonne ce qu’elle appelle ses «frasques». Va-t-elle être canonisée après sa mort ? Je me le demande. « Il est clair pour les médias et une partie de la classe politique française que la femme victime de l’« affaire DSK » c’est d’abord Anne Sinclair. » ajoute Sophie Courval dans le livre.

Est-ce que, depuis la Grèce Antique, dès qu’un homme entre en contact avec une femme, cette dernière risque d’être l’objet de harcèlement ou de viol?

Qu’est-ce qui a changé? Les lois bien sûr, mais certains se pensent au-dessus de la loi et c’est ancré dans la culture «frônçaise».

Ce livre s’attarde surtout sur le discours qui taxe de puritanisme tout effort de dénoncer la violence sexuelle. Comme si une jeune femme de couleur de couleur de classe inférieure devrait se sentir honorée d’être agressée par un Tout-puissant de la caste des grands de ce monde. Un blanc, 30 ans de plus qu’elle, l’allure d’un chimpanzé (je ne me gênerai pas pour le dire), ouh la chanceuse !

Si l’homme vient de Mars et la femme de Vénus, les Américains et les Français vivent sur 2 planètes différentes.

Si pour les premiers le puritanisme semble prévaloir, pour les seconds, il y a un certain «glamour» à tripoter une femme. Claire Levenson, cite une correspondante du NYT à Paris, Elaine Sciolino (1) rappelant une interview avec Valéry Giscard d’Estaing qui avait touché brièvement mais à deux reprises les fesses de son assistante. Imaginez un Bush ou un Obama faire le même geste? Ce serait leur mort politique, assurément.

Dommage que les Françaises aient intégré (pas toutes, on s’entend) ce genre de machisme comme étant normal, alors que c’est du harcèlement pur et simple.

J’ai la pensée suivante en lisant le livre : même si cette agression n’aurait pas dû avoir lieu, si c’était arrivé en France, ça aurait passé sous silence. Les féministes ont été obligées de se demander si autant d’années de féminisme avaient servi à quelque chose! À entendre les défenseurs de DSK, une «baise» légèrement forcée est normale et même secrètement désirée de la part des femmes. Pour eux et elles, il n’y a qu’une personne dans cette affaire, plus un simple accessoire (Nafissatou Diallo). On en a entendu des vertes et des pas mûres : la vision de DSK menotté aux infos en ont même amené certainEs à décrire celui-ci comme la victime. Victime ? De qui, de lui-même ? Oui, ils l’ont dit.

Alors, les avancées féministes en France… de la Kamelott?

Sera-t-il toujours normal pour les dirigeants français d’avoir des maîtresses, comme au temps du roi Arthur? Les femmes de ces « grands » sont-elles condamnées à être des Guenièvre? Je trouve qu’elles ont enduré beaucoup de tricherie et/ou flirt de la part de leur mari. Certaines sont parties (Cécilia Sarkozy), d’autres sont restées – Bernadette Chirac, notamment. Pauvre Bernadette.

Cette AFFAIRE entraînera-t-elle des avancées sur les relations de genre ou caste… ou sera-ce le contraire?

J’ai peu d’espoir car les gens ont la mémoire courte.

19 commentaires:

  1. http://www.youtube.com/watch?v=cTXeg-Swq9w

    RépondreSupprimer
  2. http://www.youtube.com/watch?v=cTXeg-Swq9w

    RépondreSupprimer
  3. Le pouvoir facilite bien les choses et les femmes volontaires ou non y sont souvent sensibles. Toujours été, changera pas!

    RépondreSupprimer
  4. La France que tu décris dans ton article, est celle des années 70. Il n'est pas "normal" de tripoter une femme dans le cadre du travail, comme l'exemple de Giscard et de son assistante. Des affaires passées sous silence, il y en a dans tous les pays. Je ne suis pas chauvin, mais tu fais fausse route, les mœurs françaises sont certes différentes des américaines, mais les femmes françaises n'ont pas intégrées ce machisme, sache le.

    Salutation, Toorsch

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour les liens DJ JP...

    Manouche, c'est ce que j'ai entendu dire....

    Et Toorsch, c'est ton avis mais sache que ce n'est pas toute la Frônce qui le partage ! Du moins ce n'est pas ce qui est écrit dans ce livre : "un troussage de domestique".

    Il y a un autre bouquin écrit par Denise Bombardier et Françoise Laborde "Ne vous taisez plus" qui va dans le même sens que le recueil de texte de Delphy. Je ne suis jamais allée en France, je me fis à ce que je lis et entend. Toutes les femmes de chez-vous (une vingtaine) à qui j'en ai parlé vont dans le même sens. Heureuse d'avoir un point de vue différent, faudrait que je développe et interroge d'autres hommes et d'autres femmes.

    RépondreSupprimer
  6. Le silence dans ce genre de cas est valable pour les femmes du monde entier, et c'est bien dommage. Mais fort heureusement en France ou ailleurs ce n'est pas une généralité. Bon je te laisse, j'ai des fesses a tripoter moi. :-)

    RépondreSupprimer
  7. ahaha tu fais un petit Dominique de toi-même :)

    RépondreSupprimer
  8. Juste pour préserver l'exception culturelle Française en matière de harcèlement... :-)

    RépondreSupprimer
  9. vivement la relève, Dominique se fait vieux !

    RépondreSupprimer
  10. Il ne sera pas éternel, et sa vigueur n'ira pas en s'arrangeant, si en plus il est mauvais amant... en plus d'être un traumatisme c'est une déception...

    Oui, c'est de mauvais goût, mais un sujet aussi nauséabond ne mérite pas le moindre raffinement.

    RépondreSupprimer
  11. on sait pas s'il est mauvais amant, faudrait demander à sa femme par exemple. Je prédis que dans l'année qui vient on annoncera son divorce. Il me semble qu'il y a des limites au mauvais goût (je pense à Anne Sinclair)et que la majorité des femmes demanderaient le divorce, comme la femme de Tiger Wood.

    RépondreSupprimer
  12. Bon, Tiger Wood n'a forcé personne il me semble, dans le cas DSK c'est encore plus grave. Si Anne Sinclair reste avec ce type ce n'est plus de l'amour, c'est de la bêtise...

    RépondreSupprimer
  13. Bien sûr, bien sûr,Tiger Wood les a toutes payées...et concernant AS, qui sait, elle ne veut p-e pas lui payer de pension alimentaire à ce vieux croûton, ni lui donner la moitié de sa fortune, ça fonctionne dans un sens comme dans l'autre. Alors qu'elle l'attache au pied du lit et le sustente avec un peu de pain et d'eau, il ne mérite pas mieux.

    RépondreSupprimer
  14. Et des rapports bucco-génitaux forcés... :-)

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  16. bien pensé, qu'il lui fasse de force des cuni puisqu'il en a forcé d'autres à lui faire des fellations, j'aime bien.

    Dans le livre de Delphy, il y a un art. des Chiennes de garde qui disent qu'il l'a sodomisé et ensuite l'a forcé à lui faire une fellation. Je n'en ai pas parlé puisque dans le jugement que j'ai lu en français sur Rue89, il n'en est pas question. Alors je sais pas si c'est vrai. Si oui c'est dégoûtant.

    RépondreSupprimer
  17. C'est sur, après étant donné qu'on est dans le spéculatif, tu as eu raison de ne pas en parler...

    RépondreSupprimer
  18. en effet je me suis auto-censurée, c'est beau être féministe mais faut pas pour autant dire n'importe quoi !

    RépondreSupprimer