dimanche 4 décembre 2011


Victor-Lévy dans son livre : Ma vie avec ces animaux qui guérissent -----que je recommande fortement, rempli de belles photos. Extrait :

« Ce qui me passionne chez les bête, c’est qu’elle vous forcent à rester curieux. […] Depuis vingt ans que je vis maintenant au quotidien avec des animaux, dans ma maison, dans ma grange-étable et autour de mes bâtiments, je ne cesse pas d’être étonné par l’esprit de générosité de la nature quand on lui porte respect, qu’on fait corps avec elle plutôt que de vouloir la dominer de l’extérieur ».

12 commentaires:

  1. On pense à Lorentz, le "père" de ses oies..."

    RépondreSupprimer
  2. oui, ses bébés oies qui le suivaient partout....

    RépondreSupprimer
  3. parfois, je te trouve un tantinet nihiliste, quelque peu. cependant, souvent, aussi, ta participation prouve

    http://www.youtube.com/watch?v=YxOZUseg5OI&feature=related

    sans vouloir TOUT esspliker

    RépondreSupprimer
  4. tu ne m'as toujours pas esspliké ce que tu aurais voulu m'apprendre. c'est comme le poisson pourri de bouchard, allégoriquement conforme, ou plus ?

    (merde, j'ai fini par un "?", je suis coupable de participation au monde, comme dark labour...

    http://www.youtube.com/watch?v=yGDpA5vCPvM

    poaime :

    il pissa par terre sur le sol se déformant sous l'effet du jet d'urine sortant de sa vessie, déplaçant les petits graviers immobilisés un temps par l'agglutination d'une "mort" estropiée... rangea son "engin", sa machine autrefois érectile ne lui servant plus désormais qu'à expulser cette pisse chaude et fortement odorante qui lui rappelait qu'il était radicalement infecté, rota, repensa à la mouette décrite dans son poaime et se trouva con comme un ingénieur en logique.
    pi il alla s'affaler sur le sol bien plus intelligent que les hommes, malgré qu'il soit fait de carrelage froid indifférent...

    RépondreSupprimer
  5. "quand on lui porte respect, qu’on fait corps avec elle plutôt que de vouloir la dominer de l’extérieur", là, tu te touches, on dirait, me trompe-je ?

    RépondreSupprimer
  6. tu m'enlèves les mots de la bouche.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai donné ce livre à mon chum de mari l'an passé et je ne l'ai pas encore lu, malgré mon intention de le faire. Il faudrait que je pense à aller acheter du temps à la boutique L'Éternel.

    RépondreSupprimer
  8. T'as regardé les images au moins Venise ? C'est déjà un baume pour le coeur :)

    RépondreSupprimer
  9. Même pas regarder les images. Ça serait tricher dans ma tête à moi. Tsé, ma tête et moi, on s'entend pas toujours sur chaque décision.

    RépondreSupprimer
  10. tu fais bien au fond, garde le tout précieusement dans un ensemble pour quand tu t'y mettras :)

    RépondreSupprimer
  11. Si je vois une grenouille,
    je l'embrasse de ta part
    à bouche que veux-tu.

    Bizous.

    RépondreSupprimer
  12. ce que t'es romantique Yvan...un vrai prince

    xx

    RépondreSupprimer