mercredi 13 janvier 2010

Comment dire

Émily Loizeau, petite chanson douce entendue à Espace Musique. Avec une petite pensée pour Haïti ! Misère ! Même si la chanson n'as pas vraiment de lien, c'est dur de ne pas y penser !

16 commentaires:

  1. Haïti ou ailleurs...,c 'est triste mais ça nous rappelle que l'Homme n 'est que
    " locataire " de la terre et que rien ne peut entraver les éléments de la nature

    ps belle chansonnette

    RépondreSupprimer
  2. ouais....on semble l'avoir oublié (locataire) pendant longtemps ! Espérant qu'il n'est pas trop tard pour se reprendre !

    RépondreSupprimer
  3. On oublie, quand on n'habite pas ces endroits de fragilité, à quel point nous sommes nus devant les forces qui nous dépassent. Oui, une pensée....

    RépondreSupprimer
  4. je retiens ça Anne : "nous sommes nus devant les forces qui nous dépassent". Ita est ! MErci.

    RépondreSupprimer
  5. C'est donc ben beau, tout à fait mon style ça ♥
    Merci de me la faire connaître !

    Et pour Haiti, ce que je trouve le plus dure, c'est qu'ils ont déjà rien. Tant de misère pour ce peuple...

    En effet, comme dit Francis, rien ne peut entraver les éléments de la ntaure...

    RépondreSupprimer
  6. Mais c'est tout à fait charmant cette chanson, cette chanteuse! Je ne connaissais pas...Haïti, bon sens. Je ne sais pas quelle semaine je vais avoir.J'appréhende les nouvelles que j'aurai de tous ces gens que je connais...L'impuissance...

    RépondreSupprimer
  7. je croise les doigts et les orteils Nanou !

    RépondreSupprimer
  8. comment dire...

    http://www.youtube.com/watch?v=-QCCz4mtd0E

    pompe les zombis, salope

    http://www.youtube.com/watch?v=2mtDVz8cT-I

    Y a toujours un cinglé au bout de son trimard
    Qui se crame les yeux sur un ours en chaleur
    Du côté de ces nuits où s'enfuit le hasard
    Avec les doigts collés de foutre et de sueur
    Y a toujours en taxi qui se perd dans la brume
    Avec une reine morte en pâture aux fantômes
    Et de vieux corbeaux rances en marge du bitume
    Qui s'en viennent crever au détour de ta zone
    Lilith! oh Lilith
    Y a toujours un pingouin qui souffle ses poumons
    À travers un saxo branché sur du mélo
    Et des gosses exilés qui maquillent leurs noms
    Sur les fiches-transit d'hôtels hallucinos
    Y a toujours un pigeon qui s'envole en fumée
    Dans les couloirs visqueux d'un vieux rêve-agonie
    Et des cigares bandants sur les lèvres flippées
    De dieux défigurés maquillés par tes nuits
    Oh! Lilith
    Tu sais comment ça jouit
    Lilith
    Les mecs roussis:
    Les dingues de la déglingue
    Qui se flinguent derrière ton zinc
    Lilith! Lilith!
    Tu sais comment, comment ça jouit
    Les mecs complètements stress
    Qui te réclament aux toilettes:
    Une petite canette, une petite fumette
    Une reniflette, une seringuette
    Une bonne branlette
    Et puis: ciao... dodo

    Y'a toujours une petite frangine qui se noie dans ses nerfs
    Au fond d'une arrière-salle d'un vieux boxon crado
    Et d'autres qui s'en vont respirer le grand air
    Sur une plage à Hambourg, à Belfast ou Glasgow
    Y a toujours un clébard de bar unijambiste
    Qui largue ses sachetons dans le W.-C. pour dames
    Et des gonzes un peu raides au bras de vieilles groupies
    Qui dégueulent en riant leur Canigou on ice
    Oh! Lilith
    Tu sais comment ça jouit
    Lilith
    Les mecs roussis
    Tu marches nulle part à genoux sur mes rames
    Avec des souvenirs à tringle du bourrin
    Tu descends le quartier où les mômes jouent aux dames
    Et me font voir la came dans le creux de leurs mains
    Mais j'ai perdu l'adresse des autres solitudes


    À contempler la noille dans les yeux des passants
    Souvent t'en as croisé au bord de l'hébétude
    Qui ne pouvaient dormir sans leur dose de sang
    Lilith!
    Tu sais comment ça jouit
    Lilith
    Les mecs finis:
    Les dingues de la déglingue
    Qui se flinguent derrière ton zinc
    Lilith! Lilith!
    Tu sais comment, comment ça jouit
    Les mecs complètement stress
    Qui te réclament aux toilettes:
    Une petite canette, une petite fumette
    Une reniflette, une seringuette
    Une bonne branlette
    Et pis... ça joue! ça jouit!







    bise

    RépondreSupprimer
  9. francis: ''chansonnette'' est définitivement le mot juste...

    RépondreSupprimer
  10. pas assez "heavy" pour toi Volage ??? :)

    RépondreSupprimer
  11. Et toi ma belle p'tite rainette,
    ça roule?

    RépondreSupprimer
  12. Ça doit être la rage qui me fait ça!

    RépondreSupprimer
  13. Oh oui Yvan ça roule 100 milles à l'heure avec la rentrée des monstres pour la session d'hiver !

    Ok Volage, une ot fois je mettrai du....
    Métallica hihi

    RépondreSupprimer
  14. je me suis régalée sur youtube elle a fait plusieurs chansons vraiment trippantes :) belle découverte encore merci :)

    RépondreSupprimer